Toute l’actualité > Entreprise de la semaine > Enigm’Art Escape Game à Mougins

Enigm’Art Escape Game à Mougins

Cinq questions à Eléna Semenova, fondatrice d’Enigm’Art Escape Game

L’entrerpise

Enigm’Art Escape Game

561, route de la Roquette
6250
Mougins

04 92 28 07 68

elena@enigmart.fr

http://www.enigmart.fr
Quel est le profil, l’histoire de votre entreprise ?

Enigm’Art est un espace de loisirs ouvert en février dédié à l’escape game, un jeu pour adultes et enfants (à partir de 8 ans) où les participants, enfermés dans une salle à thème, doivent résoudre des énigmes pour en sortir, et ce en moins d’une heure. J’ai découvert ce jeu en tant que participante et j’y ai tout de suite adhéré. Je venais alors de quitter mon poste dans une banque d’investissements pour me lancer dans l’aventure entrepreneuriale. D’où l’idée de développer ce concept de jeu, mais en grand, et dans une zone, ActiPark, où l’offre de loisirs est déjà bien présente et variée. Sept mois de travaux ont été nécessaires pour transformer un local semi-industriel en un espace ludique de plus de 500 m² pouvant proposer jusqu’à sept univers différents, une grande zone d’accueil ainsi que des espaces briefing, snacking et restauration. Pour ce faire, les prêts accordés par le Réseau Entreprendre Côte d’Azur et Initiative Terre d’Azur m’ont permis d’obtenir 250 K€ de financement bancaire et, ainsi, de lancer l’activité qui s’adresse aux particuliers, aux centres de loisirs et aux comités d’entreprises. Enigm’Art, qui peut être privatisé, emploie neuf personnes et vise un premier chiffre d’affaires de 650 K€.
Quelle est sa valeur ajoutée ?

C’est le plus grand escape game de la région Paca avec sept salles dont, à ce jour, cinq sont opérationnelles. Elles proposent une immersion dans la jungle de nuit ou de jour, chez les Mayas, sur un bateau pirate et dans une école de sorciers. Le décor, les sons, la musique, tout a été fait pour proposer une expérience unique, de qualité, avec des mécanismes de sortie plus sophistiqués que les cadenas communément utilisés, lesquels jouent sur le son et la lumière dans un esprit 2.0.
Quels sont vos priorités et besoins pour l’année à venir ?

Il me faut encore finaliser l’ensemble de l’offre, c’est-à-dire trouver les bons thèmes pour les deux salles restantes, ouvrir l’espace restauration de 35 couverts pour enrichir notre offre aujourd’hui limitée au snacking, aménager avant cet été une terrasse boisée et, enfin, lancer le concept en franchise. Le tout, j’espère, avant la fin de l’année car c’est un loisir en plein essor dont le marché risque d’être vite saturé. En conséquence, cinq nouveaux recrutements sont prévus, trois en restauration et deux “maîtres du jeu”.
Avez-vous déjà utilisé les prestations de la CCI ? Dans quels domaines la CCI peut-elle vous accompagner pour répondre à votre développement ?

Non, je n’ai pas encore eu l’occasion de solliciter les services de la CCI. Toutefois, je vais avoir besoin d’accompagnement pour tout ce qui concerne le développement en franchise ainsi que pour le marketing, notamment en direction d’une clientèle BtoB qui pourrait, dans le cadre de team building, venir combler les moments creux de la journée.
Quelle est votre devise en tant que chef d’entreprise ?

Rien n’est impossible !