Toute l’actualité > Entreprise de la semaine > Sylvie T à Nice

Sylvie T à Nice

Cinq questions à Sylvie T, fondatrice de la galerie Sylvie T

Quel est le profil, l’histoire de votre entreprise ?

Architecte de formation, j’ai fondé la galerie Sylvie T dans le Vieux-Nice en 1993. J’y expose mes dessins qui explorent deux thématiques phares, l’architecture et le patrimoine niçois que je travaille à l’encre de Chine et à l’aquarelle. En tant qu’artiste auteure, je réalise également des carnets de voyage, des manuscrits sur le Japon ou encore des livres de coloriage comme Nice la Belle à colorier pour les éditions Gilletta. C’est d’ailleurs l’une des commandes engrangées depuis l’épisode Covid, un véritable choc qui m’a poussé à revoir ma stratégie commerciale en travaillant ma visibilité. Il s’agissait de me donner la possibilité d’exister à nouveau, d’envahir l’espace, en l’occurrence celui des réseaux sociaux. Déjà présente sur Instagram et Facebook, j’ai investi Linkedin et Twitter. Sur YouTube, j’ai réalisé des tutos de dessins que Nice-Matin a remarqué et avec lequel je collabore désormais. De fil en aiguille, une nouvelle dynamique s’est enclenchée et a permis de pallier l’absence de clientèle due à la crise.

Quelle est sa valeur ajoutée ?

Ma passion pour le patrimoine et l’architecture, l’amour du détail et des voyages que je retranscris dans mes dessins et que, de plus en plus, je m’attèle à transmettre au travers d’ateliers.

Quels services de la CCI avez-vous utilisés et qu’en avez-vous retiré pour votre entreprise ?

J’ai contacté le pôle commerce de la CCI en septembre 2019 pour m’accompagner dans l’élaboration d’une nouvelle stratégie commerciale à travers un audit et un plan d’actions et de mises en avant. C’est ainsi que j’ai pu participer à un événement organisé par la chambre sur la Chine. Puis la crise que nous connaissons est arrivée. Je dois dire que les équipes de la CCI ont été d’une aide précieuse. Au-delà de la veille économique portant sur toutes les aides financières possibles, l’accompagnement humain, les échanges réguliers ont été essentiels pour me permettre de rebondir.

Quels sont vos priorités et besoins pour l’année à venir ?

Mon métier évolue, il se dématérialise avec les réseaux sociaux et devient, in fine, de moins en moins sédentaire. La dynamique amorcée sur Internet s’est en quelque sorte traduite physiquement. En effet, avec la ville de Nice, dans le cadre de l’appel à projets pour le festival Mon été à Nice, j’ai lancé le #JevisiteNiceendessinant qui a donné lieu à des ateliers de dessins itinérants. J’ai aussi travaillé avec les communes de Saint-Etienne de Tinée et Auron ou encore l’institut médico-éducatif de Villeneuve-Loubet à la création d’ateliers pour enfants. L’idée, désormais, est de garder cet élan et de multiplier les projets avec les organisations privées comme publiques.

Quelle est votre devise en tant que chef d’entreprise ?

Ne pas être dans la plainte, mais dans l’action. Trouver en toute chose du positif.

Galerie Sylvie T
14, rue droite
06300 Nice
Tél. : 04 93 62 59 15
atelier@sylvie-t.com
www.sylvie-t.com