Toute l’actualité > Un jour un talent > Entretien avec Charlotte Dupont, co-fondatrice de Bioceanor (Valbonne)

Entretien avec Charlotte Dupont, co-fondatrice de Bioceanor (Valbonne)

“Nous prônons un usage responsable des nouvelles technologies”

La pépite Bioceanor fait de plus en plus parler d’elle. Labellisée Solar Impulse, donc identifiée parmi les solutions à fort impact pour la préservation de la planète, l’entreprise sophipolitaine a également empoché le prix Green lors des derniers Trophées de L’Eco. Entretien avec sa co-fondatrice, Charlotte Dupont.

Présentez-nous votre entreprise, votre histoire…

Bioceanor est une entreprise créée fin 2017, spécialisée dans le développement de stations météo sous-marines connectées capable de mesurer différents paramètres liés à la qualité de l’eau en temps réel et en prédiction (sous 48h) grâce à l’intelligence artificielle. Elle adresse deux marchés : l’aquaculture et la surveillance environnementale, et compte à ce jour une trentaine de clients. Elle emploie 17 personnes, basées à Sophia Antipolis, et a levé l’an passé 1,5 million d’euros auprès du fonds régional Région Sud Investissement, du fonds impact belge Inventures Investment Partners et du club deal d’investisseurs coordonné par Blue Oceans Partners, dédié aux innovations favorisant la restauration de la santé des océans.

Quels sont vos atouts qui, selon vous, ont fait la différence pour obtenir le Prix Green des Trophées de l’éco ?

Notre mission n°1 consiste à protéger l’environnement, à encourager une aquaculture raisonnée en mesurant les impacts pour les réduire, en amont comme en aval. Pour ce faire, nous prônons un usage responsable des nouvelles technologies comme les objets connectés, l’intelligence artificielle, au service de la compréhension écologique et du respect environnemental. Ce prix, à l’image du label Solar Impulse obtenu aussi en 2020, nous aide à promouvoir notre positionnement écologique auprès de nos clients.

Quels sont vos projets en cours pour le développement de votre entreprise ?

L’entreprise est en pleine expansion à l’international. Nous avons ouvert un bureau en Norvège, où l’aquaculture est reine, qui comptera bientôt deux personnes. Nous sommes également présents aux Etats-Unis, à San Francisco. L’objectif 2021 est d’aborder l’Amérique du Sud et le Vietnam, par le biais de démonstrateurs. Concernant le marché de la surveillance environnementale, des projets sont en cours en France, en Méditerranée et dans la Manche où il s’agit de surveiller des zones fragiles. Enfin, en tant que lauréats du Blue Innovation Challenge de la ville de Nice, nous préparons le déploiement – prévu avant l’été – de trois bouées dans l’estuaire du Var afin de suivre la qualité de l’eau entre Nice et Saint-Laurent du Var.

Quelle dirigeante êtes-vous ?

Je ne suis pas vraiment adepte du micro-management. Je pense être très à l’écoute de mon équipe, dans une approche d’amélioration continue. Par ailleurs, l’entreprise est spécifique dans la mesure où je travaille en binôme avec mon mari. On a trouvé un bel équilibre, à lui le business développement et la communication, à moi la partie opérationnelle et technique.

Réseaux sociaux

Bioceanor

1360, route des Dolines
Les Cardoulines B3
06560 Valbonne
Tél. : 09 86 73 36 47
contact@bioceanor.com
www.bioceanor.com