Toute l’actualité > Un jour un talent > Entretien avec Jennifer Court, fondatrice de Kyoyu Kitchen (Cannes)

Entretien avec Jennifer Court, fondatrice de Kyoyu Kitchen (Cannes)

« La cuisine partagée a sa place sur les événements cannois »

Désigné projet de l’année par France Active, Kyoyu Kitchen (ex-Karma Kitchen) ouvre les portes de sa cuisine partagée aux professionnels des métiers de la bouche qui veulent s’affranchir des problématiques liées aux équipements. Entretien avec sa fondatrice, Jennifer Court, lauréate du prix de l’Entrepreneuriat féminin Cannes Côte d’Azur.

Présentez-nous votre entreprise, votre histoire…

Kyoyu Kitchen (ex-Karma Kitchen) est une entreprise de cuisine partagée qui a ouvert ses portes la première semaine de juillet. Elle permet aux entrepreneurs des métiers de bouche, en particulier les traiteurs et professionnels de la vente à emporter et de l’événementiel, de se lancer plus facilement et plus rapidement en disposant d’outils de production sans l’investissement afférent ni les inquiétudes liées aux normes. A l’image du coworking, il s’agit d’une cuisine individuelle de 4 mètres linéaires dans un local partagé. Celui-ci est situé à Cannes et comprend 173 m2 d’espace de production, 80 m2 de stockage ainsi qu’une partie liée à l’événementiel. C’est un projet que j’ai mûri à Tokyo où j’avais ouvert deux pâtisseries françaises dédiées aux choux que je réalisais dans une cuisine partagée. Si la crise du Covid a mis fin à cette aventure, elle m’a permis de développer cette idée en France, validée par le concours de création d’entreprises “Act in sales” et désignée projet de l’année par le mouvement France Active.

Quels sont vos atouts qui, selon vous, ont fait la différence pour obtenir le prix de l’Entrepreneuriat féminin Cannes Côte d’Azur organisé par Les Premières Sud ?

Le projet de cuisine partagée, d’abord. Il en existe trois en France : une à Paris, une à Bordeaux et désormais une à Cannes. Mon parcours, ensuite, qui fait sens. Je suis une ancienne tradeuse, j’ai travaillé à New-York, Zürich, Genève et Singapour. C’est là-bas que je me suis intéressée à la pâtisserie que j’ai essayé d’adapter aux goûts asiatiques. Je n’y ai pas trouvé de marché, mais j’y ai trouvé la voie de la reconversion qui fait qu’aujourd’hui je suis là.

Quels sont vos projets en cours pour le développement de votre entreprise ?

Je souhaiterais placer l’idée de cuisine partagée sur les événements cannois, type MIPIM, à travers une cuisine mobile qui permettrait de rendre visible les chefs. J’aimerais également lancer des pop-up stores dans les centres commerciaux. Enfin, une deuxième cuisine partagée est en projet à Marseille. L’idée étant à terme de décliner le concept en franchise.

Quelle dirigeante êtes-vous ?

Exigeante, voire intransigeante, en fait je ne lâche rien. Je suis une acharnée du travail.

Réseaux sociaux

Facebook : @KarmaKitchenCannes

Instagram : @karma-kitchens

Kyoyu Kitchen
31, rue Jean Jaurès
06400 Cannes
Tél. : 07 82 19 01 52
jennifer@karmakitchens.eu