Toute l’actualité > « L’entreprise surmontera la crise » : Stéphanie Scoffier

« L’entreprise surmontera la crise » : Stéphanie Scoffier

Rencontre avec Stéphanie Scoffier,  Dirigeante de l’entreprise familiale de BTP Scoffier Frères à Gilette

Créée en 1973, c’est un spécialiste reconnu des travaux publics qui a su s’imposer dans un secteur fortement concurrentiel. Stéphanie Scoffier travaille dans l’entreprise familiale depuis vingt-trois ans et la dirige depuis une quinzaine d’années. « En tant que fille de l’ancien gérant, je me suis rendu compte de la complexité, en ces temps, de faire appel à mon père qui est désormais âgé. J’ai donc officiellement pris les rênes depuis le confinement. C’était l’occasion de passer le pas.  Au début du confinement, notre activité a été totalement arrêtée. Malgré les annonces, mes salariés étaient présents le mercredi matin sur les différents chantiers ». Ils ont rapatrié le matériel qui pouvait l’être et ramener les machines au dépôt. « Durant le confinement, j’ai poursuivi tout de même mon activité de dirigeante, l’objectif prioritaire a été la facturation des encours », indique Stéphanie Scoffier.

Il a fallu ensuite préparer la reprise : « Nous avons bénéficié d’un guide de préconisations de continuité de travail, réalisé par la Fédération Départementale du Bâtiment et Travaux Publics. J’ai également constitué des « kits covid-19 » par salarié, et pu faire reprendre progressivement l’activité : une équipe aux alentours du 20 avril, une seconde la semaine d’après, et nous avons été au complet le 4 mai. Économiquement parlant, oui nous passerons l’année 2020. Même si les carnets de commande se tendent à partir du troisième trimestre. Aujourd’hui, les concurrents n’hésitent pas à baisser leur tarif alors que nos marges sont déjà petites dans nos métiers…  Nous nous attendons donc à un avenir compliqué ». Pour autant, la dirigeante de BTP Scoffier Frères a la résilience déterminée : « Après tout, l’entreprise a survécu à deux guerres du Golfe :  elle surmontera cette crise, j’en ai la certitude. Toutefois, je le souligne : nous avons besoin que les pouvoirs publics nous aident à passer le cap de la relance. »

Notre profession est à la recherche de jeunes : « Avant la crise il y avait un tel manque de personnel formé qu’on avait de telles difficultés à embaucher. Notre profession du bâtiment et des travaux publics est toujours à la recherche de jeunes motivés et formés. L’alternance est la voie royale mais j’ai aussi accueilli des jeunes en stage qui étaient tellement bons que je les ai gardés. On manque de personnel, on est donc toujours prêt à garder les bons profils ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *