Toute l’actualité > Actualité > Volumic (Nice) a imprimé en 72 heures un millier d’éprouvettes d’analyses du COVID-19

Volumic (Nice) a imprimé en 72 heures un millier d’éprouvettes d’analyses du COVID-19

Face à la problématique de rupture de stock des tests de dépistage du COVID-19, l’entreprise niçoise, qui a conçu et fabriqué les premières imprimantes 3D françaises de bureau, s’est associée au groupe de laboratoires Cerballiance et à l’entreprise arlésienne LaFerme3D pour apporter une réponse inédite grâce à l’impression 3D.

CERBALLIANCE (600 laboratoires d’analyse en France), mandaté par l’ARS (Agence Régionale de Santé) pour effectuer les tests de dépistage du Covid19 est, à ce titre, équipée en France de plusieurs automates de dépistage dernière génération permettant chacun de réaliser plus de 150 analyses journalières. Mais face à l’ampleur inédite de la menace, les laboratoires ne disposaient pas de quantités d’éprouvettes en nombre suffisant pour faire fonctionner leurs automates à plein régime.

En urgence, le Docteur Vincent Raimondi, Directeur général et médical de Cerballiance Côte d’Azur a contacté Volumic pour concevoir et produire au plus vite une version alternative et validée de ces éprouvettes. Pari tenu ! En moins de 72 heures, avec l’appui de l’expertise de la Ferme3D, l’entreprise niçoise a réussi à proposer une version modélisée puis imprimée en 3D. Les analyses techniques de validation ont confirmé que ce nouveau matériel peut remplacer les versions manquantes avec les kits de dépistages. Les deux entreprises spécialisées se préparent donc à produire en grande série ce consommable, nécessaire à la réalisation des tests de dépistages.Des dépistages qui seront prioritairement proposés au personnel de santé, afin d’évaluer et suivre plus finement l’état d’infection du corps médical au covid-19, en première ligne sur le terrain.

Cette solution inédite (du prototype à la production en série) permet ainsi d’exploiter à nouveau les automates de dépistages au maximum de leur capacité et donc de répondre en urgence au besoin exponentiel de tests de dépistage sur le territoire national. Plus globalement, le fait que Cerballiance et ses fournisseurs de réactifs valident la fiabilité de ces éprouvettes imprimées en 3D déclenchera une réflexion stratégique d’après crise sur les limites des méthodes de fabrications classiques, ainsi que leurs dépendances critiques vis-à-vis des fournisseurs étrangers.

Toujours en rapport étroit avec les autorités sanitaires et scientifiques ainsi que la communauté internationale de l’impression 3D, les deux entreprises régionales se sont depuis engagées sur d’autres axes de lutte contre la propagation du virus grâce à la technologie de l’impression 3D.