Toute l’actualité > Publication > Oui, c’est le bon moment pour investir et s’investir dans la formation !

Oui, c’est le bon moment pour investir et s’investir dans la formation !

Pour Laurent Lachkar, vice-président de la CCI Nice Côte d’Azur, en charge de la Formation Professionnelle et de l’Apprentissage, recruter un apprenti n’a que des avantages.

« Au travers la crise que nous traversons, tous les secteurs de l’économie azuréenne souffrent. Les chefs d’entreprise doivent s’adapter presque au jour le jour pour relancer leur activité, avançant avec une visibilité réduite. Dès lors, il est normal de penser d’abord à parer à l’urgence plutôt qu’à l’investissement sur le long terme.

Pourtant, la formation professionnelle est plus que jamais un levier ! Soyons clairs : recruter un apprenti, c’est bon pour nos entreprises, c’est bon pour l’économie et c’est aussi un geste citoyen pour l’emploi des jeunes, dont on sait qu’il sera problématique sur les mois à venir… Leur offrir l’opportunité d’un contrat d’apprentissage au sein de vos équipes, c’est LA solution pour leur permettre de s’insérer avec efficacité dans le monde professionnel. Et pour vous, de bénéficier d’une énergie, d’une envie : bref, de croire en l’avenir. Et qui n’en a pas besoin actuellement ?

C’est parce que nous croyons à cette nécessité que votre CCI a su adapter ses activités de formation professionnelle au contexte de la crise, mais aussi aux enjeux post-COVID. Nous maintenons notre effort pour former les jeunes professionnels dont votre entreprise a et aura besoin. C’est aussi pourquoi nous avons imaginé le beau projet de Campus Sud des Métiers, dont la construction a repris le 20 avril dernier.

Donc oui, c’est le bon moment pour investir sur la compétitivité et la transmission de vos savoir-faire, en jouant la carte de l’apprentissage. Ensemble, mobilisons-nous ! »

Des mesures exceptionnelles

 Afin de limiter les effets négatifs de la crise sur l’apprentissage, le gouvernement a annoncé un plan de relance composé de quatre mesures phares : une aide financière à l’embauche aux employeurs d’apprentis, la prolongation de 3 à 6 mois de la période qu’un jeune peut passer en CFA avant de conclure un contrat d’apprentissage, la garantie pour les jeunes ayant fait le vœu de se former en apprentissage sur Affelnet ou Parcoursup de recevoir une proposition, et l’éligibilité des ordinateurs portables à l’aide au premier équipement.

Une formule qui séduit les entreprises…

Arnaud Dumont est le dirigeant de la société Mer Passion. Il emploie deux apprentis en Bac pro à l’INB. « Je suis très content de mes apprentis et de cette méthode d’alternance. Au fur et à mesure, ils ont évolué et sont devenus autonomes sur les différentes tâches que je leur ai confiées. Le gros plus, c’est qu’ils sont sur des rythmes différents, ce qui me permet d’avoir toujours quelqu’un avec moi. Ils font vraiment partie intégrante de mon équipe. »

 

…et les jeunes

 Antoine Basier partage son temps entre l’ICS et la Société Générale. « L’alternance est, à mon sens, le meilleur moyen de lier une activité professionnelle à un apprentissage. Ce que j’apprends en cours, je peux le mettre en pratique sur mon lieu de travail. Ça me permet d’avoir une réelle expérience, et sur le CV c’est un réel atout. »